alfonzamariaeppinger.com

 

 

PRIÈRE POUR OBTENIR DES GRÂCES
PAR L’INTERCESSION DU SERVANTE DE DIEU Mère Alphonse Marie

 PrintContactBack

Seigneur, notre Dieu

Tu as donné à Mère Alphonse Marie la grâce d’être attirée dès son enfance par le mystère de la Croix et d’y découvrir l’amour miséricordieux dont tu aimes tous les hommes.
Tu lui as inspiré de fonder une Congrégation pour manifester cet Amour, à travers le service de ceux qui souffrent dans leur cœur et dans leur corps, et tu l'as soutenue par la force de l'Eucharistie pour participer ainsi à l'œuvre du Salut.

Apprends-nous, comme elle,  à nous laisser transformer par l’amour du Christ-Sauveur afin d’en témoigner par notre vie près de tous ceux que nous rencontrons.
Ecoute la prière que nous te présentons par son intercession …………………………. ; et, si c’est ta volonté, accorde-nous la grâce de pouvoir vénérer Mère Alphonse Marie parmi les Saints. Amen –

 

Imprimatur,
Strasbourg le 2.06.2004
J. Doré, Archevêque
                  
Si vous avez reçu des grâces particulières par l'intercession de Mère Alphonse
Marie, veuillez le communiquer à :
Postulazione M. A.  M.
Via del Casale Piombino, 14
I-00135 ROMA
e-mail : postulazionemam@libero.it

 

Une intuition spirituelle
Elisabeth Eppinger

naît le 9 septembre 1814 à Niederbronn les bains, au nord de l'Alsace - dans une famille de modestes cultivateurs ; aînée de onze enfants, elle grandit dans le cadre de la famille, de la paroisse, du village. De santé fragile, elle connaît l'épreuve de la maladie durant sa jeunesse. Douée d'une forte personnalité et d'une grande sensibilité spirituelle, elle est habitée par le désir de "connaître Dieu, de l'aimer, de lui être agréable."

Au cours des années de maladie, Elisabeth vit une intense expérience spirituelle. Vers 1846, son entourage est frappé par son intimité avec Dieu ; l'Abbé Jean David Reichard, curé de la paroisse catholique depuis 1823, en est le témoin privilégié. Surpris par ce que vit la malade, il avertit son Evêque. Monseigneur André Raess, Evêque de Strasbourg de 1842 à 1887, porte intérêt à ces faits. Venu lui-même à Niederbronn en juillet 1848, il se montre convaincu de la destinée particulière réservée à cette fervente chrétienne.

Attirée à contempler Jésus Christ particulièrement dans sa vie et dans sa passion,  Elisabeth y découvre la manifestation de l'amour de Dieu offert à tous les hommes. Mais, dans sa propre expérience, elle sait combien les souffrances de toutes sortes font obstacle à la rencontre des hommes avec cet amour, aussi est-elle pressée de consacrer sa vie à Dieu pour soulager toutes les détresses du corps et du cœur.
Cette intuition qui a saisi le cœur d'Elisabeth, deviendra le fondement de son œuvre, quand, durant l'année 1848 elle se voit appelée à fonder un institut de religieuses, avec le concours de l'Abbé Reichard qui s'engage avec foi dans ce projet, approuvé par Monseigneur Raess.

Une fondation

Dans le contexte des bouleversements sociaux et politiques du 19ème siècle, faire connaître l'amour de Dieu c'est engager sa vie pour répondre aux aspirations à plus de dignité, de paix, de bonheur qui habitent tout homme. Cette perspective marque les fondations religieuses de l'époque.

Ainsi en est-il pour la première communauté formée par Elisabeth et plusieurs compagnes le 28 août 1849 à Niederbronn. Soins aux malades pauvres dans leur demeure, disponibilité à tous sans distinction de condition sociale ou de religion sont les premières expressions du service fraternel de la Congrégation. Elisabeth devient Mère Alphonse Marie première Supérieure Générale.

Les communautés se multiplient à la demande des paroisses ou communes, France,  Allemagne, Autriche, Hongrie : ouverture toujours plus grande à la diversité des milieux, des cultures, des besoins. Durant dix-huit années, Mère Alphonse Marie transmet, à des jeunes filles de diverses nationalités, son ardent désir de faire reconnaître l'amour du Christ Sauveur pour tous les hommes à travers les gestes qui apaisent la souffrance et font renaître à l'espérance. La mission des Sœurs du Très Saint Sauveur est confirmée par l'Eglise en 1866.

En juillet 1867, l'Abbé Reichard et  Mère Alphonse Marie sont saisis tous  deux par la mort en quelques jours. Le témoignage de Mère Alphonse Marie demeure, fruit de la grâce dans un cœur disponible à l'amour de Dieu.

 

Slovakia Germany Spain Croatia France India Netherland Ukraine Hungary Italy Portugal USA Angola Kamerun Bolivia Namibia Argentína