alfonzamariaeppinger.com

 

 

Septembre 2013

Comité pour la célébration du 200ème anniversaire
de la naissance de Mère Alphonse-Marie Eppinger

 

  Thème : « La grandeur d’une vie simple »
  Célébration du 200ème anniversaire de la naissance de MAM

 

SPIRITUALITÉ de MAM

 

200 rokov narodenia MAM

1- La Foi.

Un engagement de Mère Alphonse-Marie, le souci des âmes.

  • C’est dans le contexte familial et paroissial qu’elle a appris à prier et à vivre sa foi, à adorer Jésus dans l’Eucharistie, à porter son regard sur la croix et à contempler les souffrances du Christ. Ainsi, est-elle parvenue progressivement à l’union mystique avec le Christ. Elle fut une contemplative, vivant en présence de Dieu, mais, en même temps, elle a fait preuve de dynamisme et de réalisme, s’engageant, avec zèle, auprès de ceux qui souffraient. Elle s’efforçait d’éveiller en eux l’amour de Dieu, pour atteindre plus facilement le salut de leur âme.

  • On peut noter, en ce qui la caractérisait, que depuis son enfance, jusqu’à sa première communion, à 14 ans, elle avait une grande vénération pour l’Eucharistie et la Messe. La Servante de Dieu attendait tout de Dieu. Elle a pris à cœur les questions posées par l’Eglise, notamment celle de la primauté du pape ; Pour la Servante de Dieu, la Foi s’est exprimée dans l’attachement à Dieu, en qui, seul, l’âme peut trouver le salut.

  • Elle a vécu sa foi, sans autre objet que de posséder Dieu et de se livrer entièrement à sa Parole.

  • Elisabeth a eu, dès son enfance, puis comme jeune fille, le don d’une foi admirable. Elle avait un vif désir d’entendre parler de Dieu et de réalités spirituelles. Elle fréquentait volontiers les enseignements du catéchisme et s’appliquait à ne rien oublier de ce qu’elle y avait entendu. La prière fervente fut pour elle une force, spécialement durant sa maladie. Elle a été un tremplin pour une rencontre de plus en plus intime avec Dieu.

  • Dieu donna une grâce à Elisabeth, du fait de son obéissance de foi. Un total abandon à sa volonté, grandit en elle au fil des années et qui s’exprimait pour elle, tout naturellement, dans la pratique des conseils évangéliques. En tant que supérieure, elle a avant tout enseigné à ses sœurs, par l’exemple, à faire confiance à Dieu et à s’abandonner à sa Providence.

  • Elisabeth était attirée dés son enfance par l’inhabituel qui avait trait à Dieu. Elle disait souvent qu’elle voulait être sainte, parce qu’elle ne voulait aimer que Dieu seul et ne faire que sa volonté.

  • Cependant, dans la vie de la Servante de Dieu, les occasions de manifester une foi héroïque, ne manquèrent pas. Déjà dans sa famille, plus tard dans la Paroisse et enfin, dans la Congrégation qu’elle avait fondée. Elle a vécu sa foi, convaincue que, pour la Congrégation, le Seigneur est le Bon Pasteur qui l’aidera, elle-même mais aussi ses sœurs, à résoudre les problèmes et les difficultés spirituelles.

    (Théologiens, Rome 2009)

    retour